Renvoyez le télécopieur, ou à la louange de l'interopérabilité

Affiché le Tuesday, May 5, 2015 dans Soins de santé

Par Jim Murphy, Vice-président Stratégie santé et Développement des affaires

Il y a quelques années, lors d'une conférence, on m'a donné un bouton sur lequel était inscrit « Ax the Fax, Support Telemedicine » (« Renvoyez le télécopieur, soutenez la télémédecine »). À l'époque, j'ai aimé le message simple que la télémédecine, « la livraison de solutions de soins de santé à distance » devrait remplacer les télécopieurs. À l'époque cependant, il me semblait que comparer la télémédecine avec la communication par télécopieur était un peu simpliste à cause de l'étendue des services qui pourraient être fournis par la télémédecine versus ce qui a été accompli par l'envoi d'une télécopie. En pensant à ce sujet, comment est-ce que les documents papier et même des images sont partagés dans une grande partie du système des soins de santé aujourd'hui en temps réel, sinon par télécopieur? Alors je me suis demandé « combien de télécopies envoyons-nous en un an? » et j'ai été surpris de la réponse. Chez les Services d'assistance Sykes, notre division de la télésanté offre des services qui sont disponibles à près de 18 millions de Canadiens. Comme un moyen d'assurer la continuité des soins, nous communiquons avec les sites et les organismes qui nous aident à soutenir nos utilisateurs. Ces sites comprennent des organismes de santé publique, des conseillers, des services d'urgence, des sites de soins primaires ou les services d'ambulance. La justification de la communication est d'aider à éliminer la duplication des services, pour faciliter le diagnostic, pour soutenir l'accès avancé ou faire en sorte que nos clients ne doivent pas répondre aux mêmes questions encore et encore.

Le nombre de télécopies?

Chaque année, nous envoyons environ 160 000 télécopies de trois pages aux services d'urgence, ce qui représente environ 18 à 20 % des personnes qui appellent nos services de triage téléphonique. Pour fournir des informations aux fournisseurs de soins primaires, nous envoyons 100 000 télécopies supplémentaires, pour les programmes où nous fournissons le service après-heures aux appelants au nom de leur équipe du cabinet de médecine familiale. Cela équivaut à 780 000 feuilles de papier et sur la base des informations qui peuvent être trouvées à Conservatree.org, représente le bois d'environ 94 arbres matures. Alors que nous sommes préoccupés par l'impact environnemental de l'utilisation de papier pour transmettre les résultats de nos services, nous sommes encore plus préoccupés par l'impact de cette situation sur la qualité de notre communication. Par définition, nos communications basées sur les télécopies ne sont pas facilement intégrées avec le dossier de santé du patient et souvent, ne sont même pas insérés dans leur dossier. Si nous voulons être un véritable membre de l'équipe du fournisseur de services de santé du patient, nous devons être en mesure de contribuer à ce qui est maintenant connu comme un dossier de santé électronique interopérable (DSEi). Aujourd'hui, la qualité de notre intervention est basée presque exclusivement sur les informations que nous sommes en mesure d'obtenir de l'appelant lors de l'appel. Voici quelques exemples de la façon dont nous pourrions contribuer et apprendre d'un DSEi.

  • Nous pourrions améliorer l'accès aux soins primaires en réservant directement le rendez-vous pour les personnes qui doivent être vu dans les prochaines 24 à 48 heures après nous avoir contacté.
  • En ayant accès à l'historique de la santé de l'appelant, nous pourrions fournir une évaluation plus éclairée et des conseils de soins appropriés cliniquement.
  • Nous pourrions soutenir plus efficacement les patients après leur sortie de l'hôpital si nous avions accès au plan de soins.
  • Nous pourrions aider à interpréter les ordonnances du médecin, les résultats de tests des diagnostic et d'autres aspects du plan de soins du patient.
  • Nous pourrions participer activement à un processus de soutien à l'autogestion des patients par l'encadrement des patients entre les visites au cabinet médical.
  • Nous pourrions améliorer l'efficacité du cabinet médical en aidant à rappeler aux patients les rendez-vous à venir, les tests de diagnostic, etc.

En 2012, dans une tentative de préparation pour ce que nous croyions être la transformation imminente du système de santé canadien, précipitée par la mise en œuvre d'un DSEi, nous avons investi dans la capacité et l'infrastructure pour soutenir l'intégration basée sur des normes en temps réel. Nous voyons de l'intégration près du temps réel, en particulier dans les soins primaires, comme le meilleur moyen pour nos solutions de télésanté d'ajouter de la valeur à l'expérience du patient. Lorsqu'intégré à des services de soins primaires, nous serons en mesure d'étendre la portée des équipes multidisciplinaires en termes de portée et de leurs heures d'ouverture, ainsi que les emplacements des patients à qui ils seront en mesure de fournir un service.

Imaginez un cabinet de médecine familiale où vous n'auriez jamais un signal occupé, où vous pourriez parler à un membre de l'équipe de soins à tout moment de la journée ou de la nuit et que cette personne pourrait vous réserver un rendez-vous, vous aider à comprendre votre état de santé, vous aider à trouver votre chemin dans le système et, enfin, de vous aider à prendre des décisions difficiles concernant vos soins. Nous pourrions faire un long chemin à fournir ces types de solutions, si seulement nous avions un accès qui permettrait de nous faire un véritable partenaire dans les soins du patient. Les aspects technologiques de ceci sont disponibles dès aujourd'hui. Alors, renvoyons le télécopieur.